anm document

Lettre du 28 septembre 1951 sur la désignation de Sinémory Keita
in ANM 2 E 5 fonds recents.

© 2002 by Jan Jansen, University of Leiden

Go to Table of Contents Read Disclaimer

Bamako, le 28 Septembre 1951

L'Administration du Cercle de Bamako
à Monsieur le GOUVERNEUR du Soudan Français
(Direction Locale des Affaires Politiques)
KOULOUBA

No 70 /AP
Analyse:
Chefferie de Naréna

J'ai l'honneur de vous adresser le procès-verbal de la consultation à laquelle j'ai procédé le 19 Septembre dernier, à Kéniéba, en vue de désigner le Chef de canton de Naréna (l'ancien chef étant décédé en Mars dernier) -

Les résultats ont été les suivants:

(Ajouté en forme écrite: `Décédé 13-3- 51, 5e cat. 2e éch. 31.000 54.000 - fin passage écrit)

Le troisième clan de ce canton assez exactement divisé (clan de Naréna) s'est abstenu volontairement tout en revendiquant la chefferie. Il comprend lui aussi 4 villages, totalisant 2.880 habitants.

+ + +

Comme l'ensemble du pays malinké du Sud du Cercle de Bamako, les rivalités et les divisions sont profondes et vivaces, et il est difficile de rencontrer une majorité affirmée en faveur d'un candidat déterminé.

Et dans le canton de Naréna - comme ailleurs - cette tendance se complique du fait que nous avons, dans un souci de centralisation, groupé en 1915 au sein d'un même canton trois "clans" d'importance sensiblement égale, mais qui n'admettront jamais la prééminence ou l'autorité de l'un sur les autres -

Or il faut bien que le chef, quel qu'il soit, sorte de l'un quelconque de ces trois clans - et ce Chef (quel qu'il soit) verra automatiquement les deux autres clans se dresser contre son autorité.

Tels sont les origines et le caractère des difficultés, d'ordre général et permanent, qui se posent pour la chefferie de Naréna.

Ces difficultés ne sont pas d'aujourd'hui. Elles ont suscité dans le passé maints incidents un dossier copieux des études minitieuses, des essais d'accommode-ments sont intervenus, dont je me suis étroitement inspiré (voir à ce sujet le rapport No 80/AA du Décembre 1943 de l'Inspection des Affaires Administratives du Soudan et le procès-verbal de convention du 17 Mars 1943, jointes pièces no. 2 et 3).

+ + +

Donc 3 clans des KEITA en présence, rivaux, hostiles, d'origine également nobles, et résolument groupés chacun derrière son représentant

1/ Le clan des KEITA de Naréna (4 villages - 2.886 habitants) -
2/ Le clan des KEITA de Kéniéba-Caran (4 villages - 2.553 habitants) -
3/ Le clan des KEITA de Nougani (4 villages - 1.270 habitants) -

I.- Le clan des KEITA de Naréna estime que la chefferie lui revient de droit, et n'admet pas d'autre autorité que celle de son chef de clan - Lors d'un précédent essai de consultation que j'avais fait il y a 2 mois, il avait refusé en bloc, de répondre à ma convocation - aucun chef de village n'était présent. Cette fois encore les 4 chefs de villages se sont abstenus de venir en personne. Trois d'entr'eux ont envoyé de vagues représentants (de tout jeunes gens) - Le procédé est assez cavalier et inadmissible - Le commandant de Cercle se déplaçant lui-même de Bamako, à une période et par des chemins mauvais, il eut été correct que les chefs de villages se déplacent en personne également. Je n'ai pas admis les déclarations de ces "représentants". Le clan de Naréna doit être considéré comme s'étant volontairement abstenu et n'a pas pris part à la consultation - cela à ses risques et périls -

2.- Le clan des KEITA de Kéniéba-Caran, qui détenait la chefferie précédemment a voté en bloc pour son candidat Sinémory KEITA, fils aîné de l'ancien chef défunt -

3.- Le clan des KEITA de Nougani a voté en bloc également pour son candidat: Sayon KEITA.

Quelques indications sur les deux concurrents:

- Sinémory KEITA, fils de l'ancien chef décédé - voir fiche de renseignements annexée au procès-verbal de consultation. Assume depuis 10 ans les fonctions de chef de canton, son père âgé et aveugle en étant incapable.

Garçon énergique, intelligent, calme, parfaitement au courant de l'admini-stration du canton - sa valeur n'est pas discutée, même par ses adversaires auxquels, seules des questions d'orgueil, et l'esprit de clan, l'opposent.

S'il est nommé, il aura des débuts sans doute difficiles, mais il a l'étoffe nécessaire pour s'imposer-

De famille noble qui comporte de nombreux tirailleurs et gradés, anciens combattants etc... tous animés du meilleur esprit a toujours fait l'objet d'appréciations élogieuses des divers chefs de Subdivision - Il donne sans doute un peu l'impression d'être "le candidat administratif" ce qui n'est pas fait pour calmer la jalousie et l'opposition des deux autres clans, mais cela importe peu -

Nous connaissons donc bien Sinémory KEITA. Il possède les qualités nécessaires pour être chef Son passé, ses antécédents sont une garantie solide.

- Sayon KEITA, de famille noble également, est le représentant du clan Nougani Plus jeune que son concurrent. Peu connu de l'administration. - Avait quitté le pays il y a une quizaine d'années pour aller en Guinée faire du commerce sur les placers (dioula). Est revenu au Soudan, il y a 2 mois, pour briguer la chefferie.

M'a donné l'impression d'un homme nerveux, incapable de se maîtriser, palabreur, agité et intriguant -

Facilement incorrect, plein de morgue, manque d'adresse et de tact. J'ai du le remettre à sa place à plusieurs reprises, et relever le propos suivant qu'il a tenu en public, au cours de cette consultation "Si le Commandant de Cercle ne m'écoute pas, je m'adresserai beaucoup plus haut à Bamako, car pour moi le Commandant de Cercle de Bamako représente peu de chose" -

Enfin ce candidat n'est pas recensé dans la Subdivision où il ne paye pas d'impôt. ... et il n'a pas pu prouver qu'il avait payé ses impôts en Guinée. J'ai prescrit de lui faire payer l'impôt flottant.

+ + +

Il est regrettable que le clan Naréna, qui, coutumièrement, aurait peut-être des droits plus affirmés à la chefferie ait fait preuve d'une insubordination que nous ne pouvons pas admettre, puisque malgré nos convocations et conseils les 4 chefs de villages n'ont pas répondu en personne. Et ce n'est pas à nous à nous plier à ses exigences ou prétentions - Ce clan s'est écarté de lui-même de l'affaire -

CONCLUSION: Je propose à votre agrément le candidature de Sinémory KEITA, fils aîné du chef défunt -

Il remplit les conditions optima pour être chef. Si ses débuts s'avèrent difficiles, il appartiendra à l'Administration de le soutenir fermement, et l'administration devra se garder de se laisser influencer par les interventions ou intrigues politiques qui joueront très probablement -

On songe à l'inextricable situation du Maramandougou créée par nos maladresses et nos hésitations -

Ici, l'affaire compliquée elle aussi, se présente cependant sous un jour meilleur. Le candidat Sinémory KEITA est doué, et a l'aptitude au commandement nécessaire pour s'imposer - Il viendra très facilement à bout des réticences du clan de Nougani - Le temps aidant, et avec un peu de diplomatie, il doit se faire admettre par le 3e clan (Naréna) qui présente lui-même quelques symptômes de divisions internes.

J'ai longuement reflechi et soigneusement étudié l'affaire avant de vous adresser cette proposition./.-